Interrogeant constamment la perméable et subtile frontière séparant la vie de l’au-delà, Caroline Schmoll explore la matière à travers un langage foncièrement organique et exploite la résonance archaïque du matériaux terre en questionnant son environnement direct et quotidien.

Nés de ses intuitions et de visions poétiques introspectives, ses projets se cristallisent dans un balancement entre contraintes, concept et symbolique. En quête de ses propres mythes et fictives adulations, son travail s’intéresse aux sources du rituel.

Familiers, étranges et parfois inquiétants, les objets que l’artiste modèle semblent s’être échappés d’un musée d’ethnologie imaginaire. Fétiches, talismans, amulettes et pièces à convictions racontent l’essence même de la vie dans un écho ambivalent de questionnements sociétaux contemporains.

Caroline se joue d’une époque où l’on désire être affranchi, libéré de carcans et de codes qui finissent pas nous rattraper. Une époque où l’on a le choix du genre, où l’on affiche une sexualité libre et débridée mais où les combats égalitaires et identitaires sont encore loin d’être gagnés. Une époque où l’amour cherche sa place plus que jamais.

Nous n’implorons plus la pluie ou le soleil. Qu’est devenue la Venus de Dolni Vestonice, vers qui se hissent nos prières et que sont devenues nos messes?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s